je ne suis peut être pas un handicapé social comme on l’entend habituellement.
Oui j’ai des amis, oui je ne suis pas complètement dans mon coin et ce genre de choses… donc je ne suis pas handicapé dans le sens où j’arrive à en avoir des relations sociales. Mais…

Mais je ne suis pas si social que ça. Sociable et social sont deux choses différentes. Je suis sociable, c’est à dire que j’arrive à me mêler aux gens, que j’arrive à avoir des contacts, à parler, à avoir des échanges sociaux.
Mais je ne suis pas, ou à nouveau plus, social. Cela fait déjà pas mal de temps que je n’arrive plus à avoir de réelles liens sociaux, tous ceux que j’ai ne sont que des restes de mes précédentes vies. Vies sociales je veux dire. Ai-je des gens qui m’appellent pour me demander des nouvelles? pour sortir? pour parler? A vrai dire plus vraiment. Et si on y réfléchit bien en ai-je jamais vraiment eut? Le sujet n’est pas là.
J’ai de gros problèmes de santé. Ce n’est que depuis que j’en ai fait part à certaines personnes que je recommence à avoir des contacts avec elles. Est ce un problème? oui je le crois sincèrement. Cela signifie que si je ne suis bon qu’à être un moyen pour ces individus de christalliser leurs craintes par des inquiétudes envers une personne souffrante, c’est que je ne vaux rien en tant qu’ami.

Pour parler je dois souvent m’imposer, mais je ne fais que parler de certaines choses, je n’arrive pas à parler d’autres choses que de certains sujets. Il m’est arrivé quelque chose à l’instant qui m’a fait prendre conscience du pourquoi. Je n’arrive pas à m’exprimer socialement. Lorsque je parle aux gens, ce que j’ai à dire, en dehors des nouvelles importantes, personnes ne me laisse parler. Du coup j’en viens à être frustré. Etant frustré, seuls les sujets qui sont importants pour moi arrivent à s’exprimer quand je le peux. Je radote alors. Encore… et encore… et encore… et EN GORE!!! Je me saoul tout seul! Me fixant uniquement sur ce que j’ai besoin d’exprimer, aucun autre sujet n’arrive à s’imposer dans mon esprit, j’écoute moins les autres et les autres ne m’écoutent pas plus. Cercle vicieux que celui-ci.
Encore une fois cela me fait mal et je ne peux rien y faire, sinon je passe pour le tyran de service. Ou pour celui qui passe son temps à raconter des conneries! Parce que pourquoi croyez vous aussi que je finis par passer mon temps à tenter d’être drôle? C’est tout simplement que pendant des années j’ai été un paria social… cela a été ma seule façon de m’en sortir de ce côté là. Et ça a donc fini par combler les vides de mes discours, vides voulus ou forcés. Le problème, c’est que dès que je tente de laisser tomber cet humour qui est le mien, on me sort des trucs du genre « oh mais qu’est ce qu’il t’arrive? tu ne vas pas bien » ou « oulà! toi il y a quelque chose qui cloche »… alors je replonge dedans. Sans compter l’habitude qui m’y renvoit…

Bonjour, je m’appelle William, et je suis un handicapé social…

ps: je tiens quand même à remercier ceux qui sont toujours au rendez-vous quand même 😉