Le groupe auquel on appartient est plus important que le lieu sur lequel il vit.
Il n’est pas ici raison de dire que la terre qu’il vit ne soit pas importante ou qu’elle doive être follement exploitée. Non, elle est importante et libre.
Il s’agit plus ici de ce vers quoi le groupe doit se tourner: lui-même, les siens et ce vers quoi il est, non pas juste du lieu où il est, de son exploitation allant à l’abus de lui-même ou de soit-même.
Le groupe est un individu auquel les membres sont ses cellules, ses organes; ce qui l’entoure est un moyen de vivre et non de se suicider.