Voici donc un petit texte que j’ai écrit il y a de 7 ans. Intéressant…

C’est un linceul azur et or qui recouvre ma vue, ma vie, ma verve.
Rien ne semble vivre, tout est mort, plus rien n’a d’exister, rythme incorporel, vide vibrant d’un vacarme livide.
Plus de couleurs, plus de formes, plus de volonté.
Ombre d’une ombre, je n’ai plus de substance, plus d’avance, plus de chance. Epuisé par le rythme effréné d’une réalité cauchemardesque, je ne sais où aller, que faire ou quoi chercher. Perdu en sachant où je me situe, la destiné m’assassine, me démembre, me tue
Plus de sens… dans quel sens?

Peck – 21 Août 2007

Publicités